La magie de Noël restera la plus forte

2015-11-20 14:23:44

La réaction des consommateurs ne s'est pas faite attendre, après les évènements dramatiques de ces derniers jours, les grands magasins et tout particulièrement ceux du boulevard Haussmann à Paris ont vu leur fréquentation baisser presque de moitié. La Confédération des Commerçants de France a fait part d'une baisse du chiffre d'affaire de ses adhérents frôlant les 50 %. Le centre de la capitale et les grands centres commerciaux partout en France sont devenus des cibles potentielles du terrorisme. Cependant, les pouvoirs publics et les commerçants se veulent rassurants, la vie continue !

Ne pas se laisser impressionner

Si les Galeries Lafayette et tout le réseau BHV avaient initialement opté pour l'ouverture samedi 14 en signe « de leur engagement citoyen et de leur volonté de résistance face à la terreur», ils durent réviser leur position en raison des difficultés premières, ce premier week-end, à garantir une qualité de service optimale pour la clientèle.

Dès lundi 16 novembre, la cellule de continuité économique en pause depuis 2010 a été sollicitée pour informer les différents acteurs de l'économie française des mesures prises par le gouvernement. Tous les ministres concernés ont rencontré les syndicats professionnels des entreprises et secteurs d'activité impactés. Pour l'heure, aucune fermeture systématique n'a été réclamée. Seule l'interdiction de rassemblements fut maintenue avec dans un premier temps la fermeture du marché de Noël des Champs-Elysées, réouvert depuis mercredi 19 novembre.

Si, de toute évidence, les derniers attentat auront des conséquences sur l'économie tricolore, il est essentiel de montrer aux assassins que la vie continue. Aller de l'avant, continuer à vivre, c'est le message que Philippe Houzé, président du directoire des Galeries Lafayettes et Martine Pinville la secrétaire d'Etat au commerce ont souhaité faire passer lors de leur visite au Printemps et aux Galeries Lafayette jeudi 18 novembre.

La préfecture de police a cependant renforcé les mesures autour des grands commerces. Les grands magasins et centres commerciaux de la région parisienne ont opté pour des mesures simples, en condamnant tous les accès secondaires et en renforçant leurs effectifs avec de nombreux agents de sécurité aux entrées principales. Le contrôle visuel des sacs et des manteaux est systématique. Si le rituel est le même depuis 1995, date des premières vraies mesures attentats, de nouvelles règles ont vu le jour en raison de l'évolution des pratiques terroristes. Aujourd'hui les terroristes ne se contentent plus de faire exploser des bombes, ils se font exploser dans un attentat suicide. L'explosif n'est plus dans le sac, mais directement sur la ceinture. Charge pour les vigiles de détecter toute surépaisseur suspecte. Seule la Fnac, jusqu'à présent utilise le procédé de balayage par magnétomètre.

Partout en France, dans les grands magasins, le plan Vigipirate créé en 1978 reste au même niveau d'alerte maximal. Les mesures habituellement prises lors des fêtes de fin d'année pour assurer la sécurité des centres commerciaux sont désormais activées avec des contrôles systématiques en coopération avec des sociétés privés. Les usagers sont par ailleurs appelés à signaler tout comportement suspect. Chaque site en France doit adapter ses propres mesures de sécurité et de vigilance, les grandes enseignes devant s'organiser en se coordonnant aux autorités.

La magie de Noël restera la plus forte

Les français peuvent se déplacer, aller travailler et consommer, en deux mots vivre normalement. Petit à petit, la capitale et toutes les grandes villes de France vont s'illuminer à l'approche de Noël, les vitrines se préparent, si ce n'est déjà fait, à accueillir une kyrielle de personnages féériques. De véritables moments d'enchantement, dans une période sombre, pour tous ceux qui ont gardé leur âme d'enfant et un irrésistible attrait pour la magie de Noël.

Voir toutes les actualités